/ janvier 30, 2020/ L'ARBRE À PALABRES, Sagesse & beauté, Santé & psycho


RTS, A vue d’esprit, le 07 février 2012
A la veille de la première guerre mondiale, suite à sa rupture avec Freud, Carl Gustav Jung entre dans une période de profonde dépression ponctuée de délires mystiques. Jung va choisir de plonger au cœur de son inconscient, au risque de basculer vers la folie. En parallèle à cette expérience mystique hors norme il va rédiger un livre lui aussi hors norme, le “Livre rouge”. Il va travailler à ce livre durant 16 ans de 1914-1930. Ce livre, rendu publique en 2009 seulement et traduit en français en 2011, est actuellement exposé à la fondation Martin Bodmer de Cologny. Charles Mêla, directeur de la fondation, évoque l’histoire de ce livre en parcourant l’exposition temporaire qui lui est consacrée “C. G. Jung, le rouge et le noir”.


RTS, A vue d’esprit, le 08 février 2012
En 1930 Jung interrompt l’écriture du “Livre rouge” au milieu d’une phrase, il vient de découvrir l’alchimie. Désormais son temps va être consacré à l’étude de ce domaine. Charles Mêla, directeur de la fondation Martin Bodmer de Cologny, évoque les dernières recherches du psychanalyste suisse ainsi que sa postérité dans l’ésotérisme contemporain. Michel Cazenave directeur de la traduction des œuvres du Jung en français et grand spécialiste de Jung, parle de la proximité entre l’approche de Jung et la théologie apophatique qui renonce à tout forme d’affirmation sur Dieu.


RTS, A vue d’esprit, le 09 février 2012
Selon C. G. Jung la guérison psychique inclut une expérience de la transcendance, un contact avec le Soi. Michel Cazenave revient sur cette affirmation interpellante du psychanalyste suisse.


RTS, A vue d’esprit, le 10 février 2012
La Synchronicité, l’Unus mundus, l’Au-Delà, Michel Cazenave nous aide à entrer dans la pensée de Jung pour qui les contraires de notre monde trouvent une unité dans une dimension autre qui nous échappe.


 

Share this Post

Leave a Comment