/ octobre 7, 2020/ L'ARBRE À PALABRES, Sagesse & beauté, Santé & psycho


MA DERNIÈRE NUIT EN TANT QU’INFIRMIÈRE

“Je ne serai plus responsable de toi.
Voilà. Elle est arrivée, cette dernière nuit.
Après 8 années, à travailler 5 nuits par semaine.
Je quitte mon travail, la boule au ventre.
Oh, bien-sûr… tu le sais, toi, que c’était compliqué.
Tu m’as appelée mille fois, pour que je te donne le cachet qui allait te faire dormir, à moins que ce soit mon passage, juste ce quelqu’un qui te dise bonne nuit.
Tu as espéré ma venue, quand tu est tombée en voulant te lever du lit.
Tu as du te demander qui j’étais, quand je venais te réveiller pour poser une perfusion.
Tu as appelé 20 fois en suivant, quand tu oubliais que je venais juste de passer.
La nuit, je n’étais qu’une ombre. On ne fait pas de bruit, on n’existe à peine pour la journée .On n’existe que dans l’univers de la vieillesse …
Je ne serai plus responsable de toi.
Je ne veillerai plus sur tes nuits, tes peurs, tes angoisses.
Je ne veillerai plus sur tes rêves de jeunesse, sur ta vie passée que tu revis parfois, sur ton corps malmené par le temps.
Je n’étais rien. On ne se connaissais que si peu .Et pourtant, je suis de celles qui faisait souvent le plus partie de ta vie.
La vieillesse éloigne souvent famille, amis et toi-même tu ne savais plus qui tu étais .
Perdu, dans l’espace et le temps, corps baladé dans notre monde des vivants… toi qui commençais à marcher de l’autre côté de la rive. Tu m’y emmenais parfois, de l’autre côté.
A travers tes yeux je voyais cet autre pays. Tes mains déjà froides dans les miennes, ton souffle déjà si loin que ta vie semblait suspendue à la mienne.
Tu m’as appris à vivre, toi qui perdais ta vie.
En quittant mon travail ,je reviens dans le monde des vivants.
Et pourtant, est-ce que nous vivons vraiment ?
Donner à chacun la chance d’exister, que l’on soit bébé, enfant, adulte, un peu vieux… ou très très vieux.
J’ai dans mon coeur tous les regards de mes résidents.
j’ai dans mon coeur mes collègues, mes amies, sans qui je ne suis rien, sans qui une infirmière ne peut travailler.
Elle est arrivée, cette dernière nuit.
Je vais pouvoir aller dormir.
Avec cette promesse, celle que t’apporte le contact avec la vieillesse, la promesse de vivre .
Vivre pour de vrai. S’entourer des gens que l’on aime. Partager.
Aller à l’essentiel. Rire. Faire attention aux autres.
Etre honnête. sincère. Heureux.
C’est notre devoir.
Je ferme la porte de la nuit,
afin d’ouvrir celle de la chambre de mes fées.
Aujourd’hui, ce sont elles qui ont besoin de moi.”

Alexandra C.
septembre 2020