/ janvier 9, 2015/ L'ARBRE À PALABRES, LA CHRONIQUE D'ANNA

LIBERTE, LIBERTE CHERIE

NON, la Liberté n’a pas été assassinée à la rue Lenoir comme le prétendent d’aucuns.

NON, la Liberté n’a pas été assassinée hier matin à la rue Lenoir, pas plus qu’elle n’a été assassinée à la rue Marbeuf, à la rue des Rosiers, dans les goulags, dans les camps, à la gare de Bologne, à la gare de Madrid, dans le train qui reliait Milan à Naples, ni nulle part ailleurs sur cette terre.

La liberté n’a pas été assassinée, car elle ne peut pas l’être, puisqu’elle est notre essence profonde.

On peut tuer, abattre un corps. Mais pas la liberté. Pas notre essence même, l’essence de notre être.

Aujourd’hui, plus que jamais, je me sens libre, debout et digne. Je sais le chemin parcouru et le courage qu’il faut pour le parcourir !

Par respect pour tous ces êtres, proches ou lointains, qui se sont battus, d’une manière ou d’une autre, pour qu’aujourd’hui ICI je puisse l’écrire, le dire et le vivre, je mènerai jusqu’à mon dernier souffle tous les combats intérieurs et extérieurs qu’il faudra encore mener pour que cette LIBERTE-là puisse rester vibrante et vivante en moi et en chacun de mes frères et soeurs humains.

Fini de rire ? Certainement pas !!!
FIni de me taire ? Certainement, oui !

*
*
*
“Your task is not to seek for love, but merely to seek and find all the barriers within that you’ve built against it”

“Votre tâche n’est pas de chercher l’amour, mais simplement de chercher et trouver toutes les barrières intérieures que vous avez construites contre lui”

RUMI